Comment devenir conducteur de travaux ?

Chargé de diriger et de coordonner toutes les activités d’un chantier, le conducteur de travaux doit avoir des compétences et des connaissances techniques spécifiques. Pour cela, il doit suivre une formation dédiée à ce métier. Accessible après l’obtention du baccalauréat, celle-ci est également ouverte aux personnes qui souhaitent passer par une VAE.

Choisir une formation adéquate pour exercer ce métier

Le conducteur de travaux assure la gestion humaine, commerciale, financière, technique et juridique de tout chantier. Intervenant dans un cabinet d’architectes ou dans une entreprise chargée d’effectuer les travaux, il peut être responsable d’un ou de plusieurs chantiers. Contrairement au chef de chantier, qui est sur le terrain, il s’occupe des tâches administratives et des différentes activités liées au chantier en fonction de sa taille et de la structure de la société. Il s’assure que toutes les étapes de celui-ci ont bien été respectées, à commencer par l’obtention du marché après l’analyse des tarifs jusqu’à la réception des travaux. Considéré comme étant le « patron du chantier », il est le pivot entre tous les intervenants, veille au respect du budget et des délais et contrôle la qualité des travaux.

Pour exercer ce métier, il est nécessaire de suivre une formation conducteur de travaux. Tout intéressé peut faire son choix entre un DUT génie civil, un BTS et un diplôme d’ingénieur du bâtiment et des travaux publics. Pour occuper ce poste, tout nouveau diplômé doit être capable de coordonner son équipe. Il doit être doté d’une bonne aptitude en gestion, avoir les connaissances techniques requises, être fiable et bien organisé. Son salaire varie entre 35 000 et 50 000 euros bruts par an, s’il travaille pour une entreprise privée. Après plusieurs années d’expérience, il peut créer sa propre société.

Opter pour une VAE conducteur de travaux

Il est possible de réussir sa vie professionnelle tout en suivant une formation au métier de conducteur de travaux grâce aux contrats d’apprentissage. Ces derniers permettent de continuer à travailler tout en suivant des cours dans un établissement dédié à ce parcours. Faisant partie des métiers du bâtiment, le poste de conducteur de travaux est d’ailleurs accessible via une VAE ou Validation des Acquis de l’Expérience. Validée par le Code du travail, cette démarche vise à faire reconnaître son expérience pour obtenir un titre, un diplôme ou un certificat de qualification professionnelle dans ce domaine. Elle est ouverte à tous les candidats ayant exercé ce métier en tant que salariés ou non-salariés, à temps partiel ou plein, ou encore en tant que bénévoles.

Le parcours s’étend sur 12 mois au cours desquels chaque candidat doit rédiger un portefeuille d’acquis et un mémoire technique. En cas de nécessité, il peut aussi suivre des compléments de formation. Après avoir passé son entretien et constitué son dossier pour le présenter au jury, l’intéressé doit désigner un tuteur et organiser son tutorat. Il peut bénéficier d’un accompagnement à l’élaboration du projet de formation ou à la rédaction de son mémoire technique mettant en évidence ses compétences dans la spécialité convoitée.