Comment devenir auto-entrepreneur

Successful professional casual man gesturing and checking cellphone messages towards city skyline. Entrepreneur enjoys success in job.

L’auto-entreprise est née en 2009 et les chiffres de création ne cessent de croître depuis. Depuis, l’auto-entreprise a changé de nom et s’appelle micro-entreprise, avec de nouvelles mesures gouvernementales facilitant sa création. La micro-entreprise représente aujourd’hui 45 % du nombre total de créations d’entreprises.

Le régime du micro-entrepreneur est une dénomination, qui implique une simplification des formalités pour des activités indépendantes. Depuis 2016, le système d’accompagnement Activ’Créa a permis une démocratisation radicale du phénomène de l’auto-entreprise.

Franchir le pas

Vous avez choisi de vous lancer et de devenir auto-entrepreneur. Grâce à la simplicité des démarches, vous pouvez vous lancer dans une nouvelle activité, ou simplement avoir un complément de revenus.

Rendez-vous sur le site autoentrepreneur.urssaf.fr avec votre justificatif d’identité (scan ou copie d’une pièce d’identité portant la mention : “je certifie sur l’honneur l’exactitude de cette pièce justificative d’identité. Fait à …, le … ») et suivez les indications.

Selon votre activité, votre CFE (centre de formalités des entreprises) traitera votre demande et étudiera vos aides à la création.

  • La CCI : Chambre de commerce et d’industrie pour une activité commerciale,
  • La CMA : Chambre des métiers et de l’artisanat,
  • L’URSSAF : pour une activité libérale,

A noter : Pour les auto-entrepreneurs du métier du bâtiment, vous devez avoir les qualifications nécessaires à votre branche.

Les formalités
Suite à votre déclaration, il vous sera attribué :

  • Un numéro SIRET et un code APE par l’INSEE,
  • La notification de votre régime d’imposition, de TVA / franchise de TVA,
  • Les coordonnées des interlocuteurs à joindre pour déclarer et payer l’impôt sur le revenu,
  • Les coordonnées d’un interlocuteur dédié pour vous aider dans vos droits et vous informer des aides auxquelles vous pouvez prétendre notamment au niveau des cotisations sociales.

Bon à savoir : pour bénéficier du statut auto-entrepreneur, votre chiffre d’affaires, selon l’activité choisie, ne doit pas excéder certains seuils, et ce, pendant les 2 années consécutives à la création.

Selon la nature de votre activité, le seuil de CA à ne pas dépasser est différent :

  • 176 200 € pour les professions relevant des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) notamment achat / revente, fabrication de produits à partir de matières premières, prestations hébergement,
  • > 72 500 € pour les professions relevant des BIC, prestations de services commerciales, de services artisanaux, location de locaux,
  • > 72 500 € pour les activités relevant des BNC (agent commercial, prestations de services libérales non réglementées).

Les autres obligations et les aides

Vous devez ouvrir un compte bancaire réservé à votre nouvelle activité d’auto-entrepreneur en cas de CA supérieur à 10 000 € deux années civiles consécutives.

Il est également indispensable de prendre une assurance professionnelle dont vous indiquerez les références sur vos documents (papier à entête, et surtout factures).

Vous pouvez prétendre à des aides selon votre centre de formalités des entreprises, puis des aides à la création d’auto-entreprise. En exemple, l’ACRE qui représente une exonération de charges sociales concernant certains auto-entrepreneurs.

Afin de mener à bien votre projet, n’hésitez pas à prendre les renseignements auprès des organismes dédiés. Par ailleurs, ils vous guideront pour vous informer de vos aides.